17.06 2018

Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe

Tout savoir sur les dirigeants
Photo Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe

Son parcours entre enseignement et psychanalyse

Antoinette Fouque (www.lemonde.fr/disparitions/article/2014/02/21/mort-d-antoinette-fouque-pionniere-du-mouvement-feministe_4371490_3382.html) lie connaissance avec le psychanalyste Jacques Lacan à la fin des années soixante. Diplômée en Lettres, la jeune femme a exercé la profession d'enseignante. Dès le début des années 1970 à l'université de Vincennes, Antoinette Fouque dirige des débats sur la sexualité de la femme avec la psychanalyste Luce Irigaray.

L'engagement politique d'Antoinette Fouque, l'AFD

A Strasbourg, Antoinette Fouque a été nommée vice-présidente de la commission des droits de la femme. Antoinette Fouque se présente sur la liste des radicaux de gauche lors des élections européennes, elle est députée de 1994 à 1999. Le notion de parité hommes-femmes est au coeur du mouvement AFD (Alliance des Femmes pour la Démocratie).

Editrice et libraire

Antoinette Fouque se rend compte combien les femmes tiennent une place mineure dans le domaine du livre à force de fréquenter les milieux littéraires. Totalisant des centaines de livres dédiés à la création féminine, la société d’édition de la militante du droit des femmes aide de nombreux auteurs à se faire connaître. Les librairies créées par Antoinette Fouque restent ouvertes jusqu'à minuit, ce sont des lieux de débats. Elle crée Les Editions des femmes au tout début de la décennie 70. Les Librairies des femmes voient le jour au même moment dans les principales villes françaises.

La jeunesse d’Antoinette Fouque

Antoinette Fouque conservera toute son existence un solide ancrage politique à gauche de ses années passées dans un environnement ouvrier. Elle a été à bonne école dès lors que son père est un syndicaliste actif. En 1964, elle devient maman, elle ressent alors les difficultés qu’une femme rencontre lorsqu’elle assume ses fonctions de mère et de femme tout en ayant un métier. Antoinette Fouque suit dans un premier temps ses études supérieures en région PACA puis choisit la capitale. La Marseillaise se marie quand elle est toujours étudiante.

Le MLF a été créé à l'INPI pour empêcher une récupération par les partis. C'est elle qui fonde le Mouvement de Libération des Femmes avec l'appui de différentes militantes. Le droit des femmes fut le combat de la vie d'Antoinette Fouque. Antoinette Fouque s'éloigne du Mouvement de libération des femmes lors de son départ pour les Etats-Unis au début des années 80. Le mouvement est à ce moment en proie à des querelles internes et a de moins en moins d'influence.