16.06 2018

Antoinette Fouque – Site Hommage

Le coin des leaders d'entreprise
Photo Antoinette Fouque – Site Hommage

Toutes les luttes ont été encouragées par Antoinette Fouque (Découvrez la page web antoinettefouque-hommage.com de Antoinette Fouque) Cette militante crée le Club Parité 2000 et le Collège de Féminologie. Chevalier des Arts et lettres et Commandeur dans l'ordre de la Légion d'honneur, elle s’éteint en février 2014. Lors d'une manifestation du Mouvement de libération des femmes sous l'Arc de Triomphe, Antoinette Fouque brandit une banderole qui dit : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ».

Editrice et libraire

L'éditrice ouvre une première librairie à Saint-Germain-des-Prés à Paris et y propose toute la littérature féminine du moment. Les Editions des femmes donnent la possibilité à Antoinette Fouque de mettre en avant l'élan littéraire des femmes. Totalisant des centaines de livres dédiés à la pensée des femmes, la maison d’édition de la militante du droit des femmes permet à de multiples écrivains de sortir de l'anonymat. Antoinette Fouque constate que les femmes tiennent une place mineure dans le domaine de l’édition en fréquentant les cercles intellectuels.

Antoinette Fouque se met en retrait du MLF lorsqu'elle s'envole pour les Etats-Unis au début des années 80. Le MLF, à cette époque en proie à des luttes intestines, perd de l’influence. Elle figure parmi les militantes qui ont fondé le MLF. L’Alliance des femmes pour la démocratie nait sous la houlette d’Antoinette Fouque lorsqu'elle rentre d'Amérique à la fin des années 80.

Antoinette Fouque, de l’enseignement à la psychanalyse

Parallèlement à son métier d’enseignante, Antoinette Fouque est critique littéraire pour plusieurs sociétés d’édition et écrit des notes de lecture pour une troisième. Vous ne le saviez sans doute pas, mais elle est à l'initiative du groupe de réflexion Psychanalyse et Politique, courant fondateur du Mouvement de libération des femmes (MLF). La future militante lie connaissance avec Jacques Lacan, le célèbre psychanalyste dans les années soixante. C’est au début des années 70 qu’Antoinette Fouque débat au sujet de la sexualité de la femme sous la houlette de la psychanalyste Luce Irigaray.

De ses années passées dans un quartier défavorisé, Antoinette Fouque va garder jusqu'à sa mort un solide ancrage politique à gauche. Elle passe une enfance tranquille dans un quartier populaire de Marseille. Le père d’Antoinette Fouque était un militant syndicaliste.